Skip to main content

Prévalence et caractéristiques des symptômes gastro-intestinaux chez les patients infectés par le SARS COV 2 aux États-Unis : Une étude multicentrique

Lien : https://www.gastrojournal.org/article/S0016-5085(20)30564-3/pdf

Date de parution20 avril 2020 

Équipe : Harvard medical school, Division of Gastroenterology, Hepatology and Endoscopy. Brigham and Women’s Hospital

JournalGastroenterology

Peer-Reviewed : Oui

Type : Article

Il s’agit d’une étude rétrospective multicentrique sur 9 hôpitaux du Massachusetts incluant 318 patients adultes atteints du COVID-19, dont le diagnostic a été confirmé par RT-PCR. 

61,3% des patients inclus dans cette étude ont présenté des signes gastro-intestinaux, les plus fréquents étant l’anorexie (34,5%), des diarrhées (33,7%), ou nausées (26,4%). Chez ces patients, le taux d’asthénie, de myalgie, d’anosmie, d’agueusie et de maux de gorges est plus élevé chez les patients présentant des manifestations gastro-intestinales du COVID-19. 

Il est intéressant de noter que chez 20,3% des patients les signes gastro-intestinaux étaient la principale manifestation handicapante de l’infection et que chez 14,2% des patients il s’agissait des premiers signes cliniques de manifestation de l’infection au COVID-19. 

L’anosmie et l’agueusie semble être un signe prédictif indépendant de nausée ou d’anorexie.

Les patients inclus présentaient souvent des comorbidités comme l’obésité ou un haut risque cardio-vasculaire. Cependant, la prévalence de ces facteurs de risque était similaire chez ceux présentant ou non des signes gastro-intestinaux. 

Par ailleurs, les auteurs n’ont pas noté de différence significative de marqueurs biologiques (leucocytes, plaquettes, hémoglobine, marqueurs cardiaques, enzymes hépatiques et facteurs de coagulation) entre les patients présentant ou non des signes gastro-intestinaux. 

Les auteurs n’ont pas constaté de sur-risque de dégradation de l’état général chez les patient présentant des manifestations gastro-intestinales. 

Il semble que les signes cliniques gastro-intestinaux soient plus fréquemment décrits aux Etats-Unis qu’en Chine, certainement dû aux modes de vie différents entre les populations. Il est à noter que l’étude n’a pas concerné les patients en ambulatoire, mais seulement ceux hospitalisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *