Skip to main content

Signes Radiologiques du COVID-19

Signes Radiologiques du COVID-19

Dernière mise à jour de la fiche :  05/04/2020 à 9h00

Technique conseillée

Technique classique de TDM : acquisition hélicoïdale millimétrique sans injection au niveau du thorax.

Importance du bio-nettoyage du scanner à l’aide d’un détergent/désinfectant selon les recommandations habituelles du service d’hygiène, afin d’éviter de possibles contaminations entre patients.

La radio thoracique est moins intéressante car elle retarde le diagnostic par rapport au scanner. Les images sont a-spécifiques et il existe un risque d’une exposition plus importante des manipulateurs radios.

L’échographie pleuro-pulmonaire n’est pas recommandée pour l’évaluation des patients atteints ou suspects du Covid-19 (voir la SFR [2]). Elle peut montrer un épaississement pleural, des lignes B hétérogènes et des îlots de condensation.

Imagerie typique

  • Initialement : plages de verre dépoli périphériques et sous pleural, aspect nodulaire [3],
  • Évolution : fréquence de condensations évoquant un aspect de pneumonie organisée,
  • Formes plus sévères : verre dépoli extensif avec réticulations au sein du verre dépoli (aspect de crazy-paving).

L’étendue des anomalies est à préciser : minime (< 10%), modéré (< 25%), étendu (< 50%) ou sévère (> 50%).

Aussi, les patients sévères ont, par rapport aux cas non sévères, davantage de : (classé par ordre de fréquence décroissante)

  • Opacités linéaires
  • Opacités alvéolaires
  • Crazy-paving
  • Épaississement des parois bronchiques
  • Épanchement pleural
  • Épanchement péricardique

Attention : la TDM peut être normale dans les 3 premiers jours suivant l’apparition des symptômes, y compris dans le cas de formes modérément sévères. Il est donc conseillé d’indiquer aux radiologues la date d’apparition des symptômes, pour une interprétation adéquate.

Si les cas sévères et graves présentent pour la plupart des lésions scanographiques, il ne semble pas exister de corrélation radio-clinique franche (des signes radiologiques plus importants ne veulent pas dire un cas clinique plus grave).

La présence de nodules centro-lobulaires, de sécrétions endobronchiques ou d’une condensation systématisée n’est pas en faveur d’une infection par SARS-Cov-2 et doit faire rechercher un diagnostic différentiel. Les adénomégalies médiastino-hilaires sont rares mais se rencontrent dans les formes sévères.

Exemple d'images

Ce diaporama présente 25 cas cliniques de TDM : lien (onclepaul.fr).

En outre, la SFR (Société Française de Radiologie) propose des cas cliniques de TDM que nous vous invitons à consulter ici. 

À titre d’exemple, voici l’aspect typique décrit chez une patiente de 71 ans présentant une fièvre persistante à 3 jours d’antibiothérapie par Amoxicilline-Acide Clavulanique et une saturation à 92% en air ambiant. (Cliquez sur les images pour les agrandir)

Sources

  • 1 : La SFR (Société Française de Radiologie). Lien ici
  • 2 : Revel, Lederlin, Briller, Khalil. COVID-19: Mise au point sur la place de l’échographie thoracique. [Internet]. [Cité 25 mars 2020]. Lien ici
  • 3 : Li K, Wu J, Wu F, Guo D, Chen L, Fang Z, et al. The Clinical and Chest CT Features Associated with Severe and Critical COVID-19 Pneumonia. Investigative Radiology. 29 février 2020. DOI : 10.1097/RLI.0000000000000672. Lien ici